La loi Pacte a crée un seul et unique produit pour la retraite : le PER ( plan d’épargne retraite)

Tout le monde peut ouvrir un PER individuel pour préparer sa retraite. L’État vous encourage d’ailleurs dans cette démarche en accordant une déduction fiscale des versements réalisés. 

Un coup de pouce fiscal a la carte 

L’intérêt du PER individuel est fonction de votre niveau d’imposition. Plus celui-ci est élevé, plus le gain fiscal sera est important.

Par exemple, en réalisant un versement de 5.000 euros sur votre PERin en 2020, vous économiserez 1.500 euros d’impôt sur le revenu si votre Taux Marginal d’Imposition (TMI) est de 30%. L’économie d’impôt atteindra 2.250 euros pour une TMI de 45%, soit un effort d’épargne de 2.750 euros.

Attention, votre gain fiscal dépendra aussi d’une autre variable : votre niveau d’imposition au moment de la retraite, car les sommes placées durant votre vie active seront imposées à la sortie, tout comme les gains éventuels du contrat. 

Au final, vous percevrez un réel avantage fiscal si votre taux marginal d’imposition à la retraite est plus faible que durant votre vie active. 

Un scénario fréquent en pratique. Ce coup de pouce fiscal à la carte vous permet donc d’alimenter votre contrat en vue de la retraite tout en optimisant votre fiscalité.

Autre bonne nouvelle : déduire vos versements n’est pas une obligation. 

Dans ce cas, les sommes versées seront exonérées d’impôts en cas de sortie en capital et soumises à une fiscalité plus douce en cas de sortie en rente.

 Un contribuable peut ainsi avoir intérêt à ne pas déduire ses versements.

C’est le cas par exemple si vos revenus ont fortement baissé en 2020 et que votre Taux Marginal d’Imposition a chuté. 

En déduisant vos versements cette année, vous risqueriez d’imposer ces sommes à un taux plus important au moment de votre retraite. N’hésitez donc pas à faire le point sur votre situation patrimoine avec un conseiller en gestion de patrimoine. 

Le plafond de déduction : jusqu’à 76.102 euros de déduction en 2020

La déduction de vos versements est toutefois limitée à un certain plafond. Celui-ci dépend de vos revenus d’activité professionnelle, du Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (PASS) mais aussi de votre régime social (Travailleur Non Salarié (TNS) ou salarié).

Les plafonds non utilisés des trois dernières années s’ajoutent au plafond de l’année en cours.

Augmentez votre plafond de déduction

Vous souhaitez déduire davantage ? Selon votre situation familiale et maritale, il vous sera possible de profiter du plafond de déduction de vos proches.

Les couples soumis à imposition commune peuvent ainsi mutualiser leurs plafonds. Autrement dit, si l’un des deux n’a pas utilisé son disponible fiscal (ou pas entièrement), vous pouvez en profiter : le plafond de déduction disponible de votre conjoint (ou partenaire de PACS) viendra accroître votre disponible fiscal.

Dans le même sens, il est tout à fait possible d’ouvrir un PER pour ses enfants mineurs. 

 Ces derniers doivent être rattachés à votre foyer fiscal. Pour chaque enfant, le plafond de déduction est équivalent à 10% du PASS de l’année précédente, soit 4.052 euros par enfant pour 2020.

Vous faites donc coup double en optimisant vos impôts et en préparant l’avenir de vos enfants. Attention toutefois, ces derniers ne pourront retirer les sommes placées qu’au moment de l’acquisition de leur résidence principale, lors de la survenance d’un accident de la vie ou à l’occasion de leur départ à la retraite.

Sortir du PER 

Maximiser la déduction de ses versements, c’est bien. Penser aussi à limiter le poids fiscal à la sortie, c’est encore mieux. Le PER a amené une grande nouveauté : la possibilité de sortir intégralement en capital au moment de sa retraite alors que les anciens produits retraite imposaient au moins partiellement une sortie en rente.

Mais cette sortie en capital à un coût : les versements qui ont donné lieu à une déduction fiscale sont imposés au moment de la sortie au barème de l’’impôt sur le revenu (hors rachat pour cause d’accident de la vie en phase de constitution de l’épargne).

Votre sortie en capital doit donc idéalement se faire de manière échelonnée sur plusieurs années.